Le brainstorming est un remue-méninges pour produire une tempête d’idées. C’est un outil de créativité. Il permet aussi de résoudre un problème (créer une solution). Cet outil est vieux comme le monde, seul son intitulé est plus récent. On le retrouve dans beaucoup de méthodes dont celle de la résolution de problème.

Le brainstorming permet de stimuler par le groupe la réflexion créative et de générer des idées (si possible sans frein).

L’organisation d’un brainstorming

Généralement, il se pratique en groupe comportant une dizaine de participants maximum. Il faut que ce groupe soit ni trop petit pour que le processus créateur soit performant, ni trop grand pour que chacun puisse s’exprimer et lancer ses idées. Un animateur gère la parole et note sur un tableau ou un paper-board toutes les idées, mêmes les plus loufoques, afin qu’elles soient visibles de tous et peut-être générer d’autres idées.

La séance dure 2 à 4 heures selon la taille du groupe et la complexité du problème. Il faut qu’elle soit suffisante pour faire disparaître les inhibitions et pas trop longue pour que l’énergie créative reste vive.

L’animation d’un brainstorming

La séance se compose de 3 phases :

  • La recherche : les participants expriment toutes les idées qui leur passent par la tête, sans restriction, ni frein. L’animateur veille à ce qu’aucune critique ou censure soit émise, ou encore que l’attitude d’un participant empêchent les autres de se libérer.
  • Regroupement et combinaison d’idées : on exploite toutes les idées mentionnées sur le tableau par des options d’améliorations, des combinaisons, des ajouts de variables. On écarte celles qui ne semblent pas réalisables.
  • Conclusion : on construit une solution réalisable en fonction du contexte et des contraintes.

Les limites du brainstorming en entreprise

Au sein de l’entreprise, on ne peut pas tout dire. Même si la parole doit être libérée lors d’un brainstorming, les participants sont contraints par le cadre professionnel. Certaines propositions ou idées peuvent être contraires à la culture et à la déontologie de l’entreprise ou sembler critiquer ce qui est en place.

Dans ce sens, il est parfois nécessaire de faire des brainstormings par niveau hiérarchique.