Que pensez de la moralité de Facebook qui laisse un algorithme jugé de ce qui est acceptable ou non ? Ce n’est pas la première fois que la méthode de censure de Facebook est à l’actualité. Cette fois-ci, c’était un sein qu’on ne saurait voir, illustrant un article sur le cancer et la mammographie qui a causé la suppression temporaire de la page !

Que pensez de la moralité de Facebook ? Comment est-elle gérée ?

Si certaines vidéos ou images violentes ont pu être visibles durant plusieurs jours sur ce réseau social, ce sein a mis au ban de la communauté Facebook le journal de la Voix du Nord sans aucune forme de procès durant 24h. Même si ses journalistes ont ironisé ensuite, sous prétexte de tester le bonne remise en ligne de leur page en publiant la photo d’un Saint, cet incident révèle des incohérences dans la méthode mise en oeuvre par l’entreprise de Mark Zuckerberg.

On ne peut pas reprocher à ce monstre des réseaux sociaux d’essayer de bien faire, mais ce qui est surprenant, c’est le blocage temporaire de la page sans sommation et l’impossibilité de joindre une personne de Facebook pour s’entretenir sur le malentendu. On peut entendre que cela peut être ressenti comme un bannissement un peu violent pour n’importe lequel d’entre nous et surtout pour une équipe de journalistes professionnels dont la déontologie de leur employeur impose l’inverse de l’apologie de la violence ou la tenue de propos racistes et xénophobes.

L’incident fait partie aujourd’hui des bonnes anecdotes du passé. On saluera les journalistes de la voix du Nord qui ont pu l’illustrer avec beaucoup d’humour dans une page de leur site par une série de photos.

On saluera aussi l’initiative de l’association Movimiento Ayudar Cancer de Mama en Argentine qui a eu l’idée d’utiliser les seins d’Enrique pour illustrer sa campagne de prévention contre le cancer du sein…

Retenons cependant de cet incident qu’il faut être vigilant dans nos publications sur Facebook, pour que nous ne soyons pas à notre tour victime de cette mésaventure brève, mais au gout amère.