La trésorerie est une notion souvent mieux acquise que le fond de roulement parce qu’elle correspond aux liquidités disponibles. Comme pour un particulier, cela correspond à son compte bancaire courant et son porte-monnaie (caisse).

Pour définir sa trésorerie, c’est assez simple : cela correspond à la trésorerie de début de période + encaissement de la période – les décaissements de la période. Cela correspond aussi à ce que réalise un particulier pour connaître sa situation financière courante.

Et toujours comme pour un particulier, la trésorerie d’une entreprise est essentielle puisqu’elle permet d’honorer les engagements pris. Lorsqu’on commence à avoir des difficultés de trésorerie, c’est un indicateur pessimiste sur lequel il faut agir rapidement et de manière réfléchie tout de même. En effet, faut-il s’endetter par un emprunt alors que le produit d’exploitation ne permet pas actuellement de couvrir les charges d’exploitation (achat de marchandises ou de services, rémunérations des salariés, règlement des charges sociales, loyer, etc.).

La gestion de la trésorerie : liquidités et risques financiers

trésorerieUne trésorerie se gère avec un tableau prévisionnel (permettant de prévoir) et réel. Cette vue synoptique de la situation des liquidités disponibles vous permet? En effet, de voir dans un futur proche si votre trésorerie excédentaire à un moment du mois, le sera toujours après le paiement des charges fixes (rémunérations, loyer, énergie, etc.) et ce, même sur plusieurs mois en prévoyant le chiffre d’affaires.

Cette vision à moyen terme est importante dans votre relation avec votre banque : prévenir votre banquier et prévoir une solution avant que la situation soit atteinte, c’est rassurant pour la banque : vous serez considéré comme un pilote d’entreprise et celle-ci s’engagera peut-être plus facilement à vos côtés dans les bons comme les mauvais moments. Il en est de même avec les autres investisseurs si vous en avez.

Si on pense aussi souvent à prévenir les déficits, les excédents de trésorerie doivent aussi être prévus. La banque peut être un conseil, mais elle n’est pas une association à but non lucratif. Ses conseils sont donc orientés vers ses propres intérêts plutôt que les vôtres… N’oubliez pas : votre banquier n’est pas votre ami, il est juste votre fournisseur de services avec lequel vous devez avoir de bonnes relations, et ce, uniquement dans un but économique.

Les excédents de trésorerie doivent être placés intelligemment afin qu’ils vous permettent dans le futur de limiter les opérations de financement (emprunts, apports des associés ou d’investisseurs, etc.) pour réaliser des opérations d’investissement. Ces derniers deviendront indispensables dans la vie de l’entreprise pour s’adapter à son environnement réglementaire, technologique, etc. Comme vous faites des économies pour changer votre voiture avant que les coûts de réparation deviennent trop importants ou pour acquérir votre logement, l’entreprise doit aussi prévoir son avenir à moyen et long terme.

Finalement, le risque principal de la trésorerie est celui de gérer celle-ci comme son compte personnel, et ceci est d’autant plus vrai si vous êtes un panier percé ! Première règle : les comptes de l’entreprise ne sont pas les vôtres (si, si !). Deuxième chose, comme vous pourrez le constater rapidement les flux sont rapidement plus importants que ceux de votre compte : si les entrées sont importantes, les sorties le sont aussi (surtout quand vous allez commencer à payer les charges sociales et les impôts !). Le tableau Plan de trésorerie (lien ci-dessous vers un modèle sur le site de l’APCE) mis à jour est donc essentiel pour éviter les mauvaises surprises. Les dépenses exceptionnelles doivent s’effectuer après vérification de la trésorerie prévisionnelle sur plusieurs mois.