Twitter - améliorer sa notoriétéVous l’avez sûrement remarqué, la plupart des articles de ce blog sont écrits suite à des anecdotes de mon quotidien de marketeuse. Et aujourd’hui, typiquement, ce post est un exécutoire à une réplique que j’entends trop souvent.

Tout d’abord, le contexte : suite à une demande de refonte ou de création d’un site, je réalise en premier lieu, comme d’habitude, mon petit entretien QQOQCP pour savoir où je m’embarque et où mes chers commanditaires veulent aller. On en arrive forcément au futur, “au SEO, le référencement enfin, vous voyez quoi tous les trucs qui permettent que notre site soit en première page… “.

Et là, forcément, rebelote : indexation, choix des keywords, positionnement, moteur de recherche, référencement payant, référencement naturel et blablabla… Ah, le référencement est un métier ? Ah, le référencement nécessite du travail ? Régulier et fréquent ? Ah ! Là, c’est la douche froide. Et c’est là qu’arrive la fameuse réplique : “mais, avec les réseaux sociaux, je n’ai pas besoin de publier des articles, j’ai juste à re-twetter les articles des autres …”.

À moi ! Je meurs, on m’assassine ! Ce soir, j’irais à la piscine pour hurler dans l’eau. Ça soulage ! (Si vous n’avez jamais essayé, faites-le les jours de fort agacement, vous allez voir, c’est déstressant. Cela marche aussi dans une baignoire bien remplie).

Site et référencement : à chacun sa stratégie de mots

N’oublions pas notre objectif (et oui !) : pourquoi se servir des réseaux sociaux ? Quel est notre objectif final ? Quels sont nos objectifs intermédiaires ? Dans le contexte qui nous intéresse, il s’agit d”une entreprise. Elle n’est donc pas une association à but non-lucrative ! On est d’accord ? À la fin du mois, elle a ses charges et il lui est fortement conseillé de réaliser un bénéfice… Je dis ça, mais en même temps, je connais au moins une entreprise qui a fêté ses 8 ans  et qui n’a jamais été connue un mois bénéficiaire. Elle survit grâce à une levée de fonds (qui a fondu comme neige au soleil) et surtout grâce aux différentes subventions qu’elle reçoit de l’État. Mais, ceci est un autre sujet.

Donc pour vendre, il faut se faire connaître, se différencier et se faire reconnaître. Le site internet est un SUPPORT, non un moyen (sauf si vous faites du e-commerce ou de la vente en ligne). Donc, l’objectif dans le cadre du support/moyen du site est de faire venir les internautes sur votre site quand ils sont à la recherche de votre produit (strictement ou pas) ou d’une information stricte ou large sur celui-ci. Vous êtes d’accord ?

La stratégie de votre site est donc d’être bien positionné au mieux dans les résultats lorsqu’un internaute tape telle requête sur un moteur de recherche.

Pour être plus claire, si j’ai une structure de services à la personne à Rennes dans le quartier de La Poterie, mon site devra être situé sur les 3 premières pages de résultats pour les expressions :

  • services à la personne Rennes, services à la personne Rennes La Poterie (+ autres quartiers avoisinants)
  • ménage Rennes, ménage Rennes La Poterie (+ autres quartiers avoisinants)
  • repassage Rennes, repassage Rennes La Poterie (+ autres quartiers avoisinants)
  • aide-ménagère Rennes…
  • nettoyage Rennes…

Je dois aussi pouvoir me positionner sur nettoyage de vitres, nettoyage évier, nettoyage moquette, etc. Bref, si un internaute dans ma zone de chalandise doit réaliser un nettoyage spécifique, il est souhaitable que sa recherche de “comment faire…” le fasse aboutir sur un article de mon site où je lui propose entre autres de réaliser ce nettoyage rapidement, sûrement et pour un tarif raisonnable. Bref, que je l’incite à penser qu’au lieu de s’embêter à le faire lui-même, il y a un prestataire proche qui peut le faire bien mieux et pour un ROI (retour sur investissement) intéressant.

Autre exemple : admettons que je représente une société proposant de l’infogérance informatique. Mes cibles sont des professionnels de l’informatique et plus particulièrement des DSI, des chefs d’entreprise ou directeurs d’administration, des services achats, etc dans ma zone d’intervention. Les mots-clés sont infogérance informatique, services externalisés informatiques, sous-traitance informatique… J’ai tout aussi intérêt à ce que mes cibles, lorsqu’elles font une recherche dans un des domaines d’expertise de leur métier puissent arriver sur le blog de mon site… Et que je leur propose un service qui va leur simplifier la vie, dans des conditions intéressantes et rassurantes.

Dans les 2 cas, vous constatez que l’objectif est le même : faire aboutir les internautes sur mon site afin de leur proposer mes services, à l’aide de mots-clés qui concernent mon activité et ma zone d’intervention. Et généralement, leur requête sur les moteurs de recherche commence par “comment faire pour…” ou en est largement inspirée.

Cette expression reste votre allier quand les mots-clés principaux sont largement saturés. À défaut de vous positionner sur “Services à la personne Rennes ou “ménage Rennes”, ou encore “infogérance Ouest”, vous pouvez vous positionner sur d’autres expressions-clés du métier. Avec le temps, cela vous fera remonter sur les mots-clés principaux…

Et Twitter dans tout cela…

On arrive à la question cruciale : ai-je besoin de Twitter ? Ce dernier a comme intérêt principal (et unique pour la plupart d’entre nous) de vous apporter du flux. Annoncer vos articles à votre communauté sur Twitter sert uniquement… à l’avertir de la publication de cet article et l’encourager à aller le lire sur votre site. Pourquoi ? On revient à notre objectif précédent : faire aboutir les internautes sur mon site afin de leur proposer mes services.

Donc, je vous pose la question : quel intérêt de re-tweeter les articles des autres Twittos ?

CQFD !

Maintenant, il reste à se demander si Twitter est le meilleur média pour vous apporter un flux ciblé sur votre site ?