Google - site prêt à l'emploi - jimdoDans ma p’tite campagne bretonne, mes voisins producteurs et artisans se sont passés le mot que je “faisais des sites”. Imprégnée par ce courant très rural d’entraide de notre tout petit village pour lequel rien n’est attendu en retour, car le plaisir de vous avoir rendu service et de boire un verre ensemble est un art de vivre (je le rappelle, on est en Bretagne…),je suis ravie de leur “filer un coup de main”, sans problème de conscience puisqu’ils n’ont pas les moyens de faire monter un site par un professionnel.

Voilà pour le contexte global. Plus concrètement, mes voisins ne m’ayant pas attendu pour “se mettre à Internet” dans le cadre de leur activité, mais n’ayant ni les compétences et surtout ni le temps pour se former à un CMS (Joomla! Drupal ou WordPress), ils ont opté, dans un premier temps et dans l’urgence, pour l’un de ses fournisseurs de sites web faciles à monter tels que Jimdo ou Wix pour les plus connus.

Et là, quand ils vous demandent de refaire un site avec des fonctionnalités un peu plus avancées, donc de sortir de ces fournisseurs, vous vous dites que c’est reparti pour quelques semaines de galère.

À genoux, je vous le dis : s’il vous plait, par pitié, ne prenez pas ces “créateurs” de site Web en 5 min, tel Jimdo, wix… Si vous êtes un professionnel ayant l’intention un jour de progresser vers un blog ou un site professionnel.

Tout ce qui brille n’est pas de l’or, bien au contraire !

Il est vrai que quand on y connait rien “à Internet”, la création d’un site se résumant juste à la personnalisation du template et l’incorporation du texte semble très alléchant, surtout que les tarifs d’abonnement de base sont attractifs. Mais !

Soyons sérieux : élaborer un site est un métier, donc si un fournisseur vous propose une solution pour créer un site en 5 min et pour “pas cher”, dites-vous qu’il a un “hic” quelque part…

Prenons le cas de Jimdo, par exemple, avec lequel je viens encore de batailler durant des semaines pour récupérer uniquement le nom de domaine. Celui-ci vous attire avec beaucoup de miel : tout est facile, il se charge de prendre l’hébergement, le nom de domaine, vous donne des indications précises pour quitter votre hébergeur actuel et venir chez eux. Ensuite, vous n’avez plus qu’à jouer aux cubes pour monter votre site avec une interface des plus simplistes : le rêve, la piscine “fouille-ouille-ouille” du web !

L’envers du décor ou l’art de faire passer des vessies pour des lanternes

Un contrat, c’est comme pour le mariage, avant de signer, il faut connaître les clauses de rupture pour être libre de ses choix. Donc, si vous décidez de quitter Jimdo, par exemple, sachez que les informations de votre site (articles, pages, etc.) ne sont pas récupérables. Selon l’un de leurs mails de réponse (délai de réponse entre 5 et 15 jours), il n’est pas possible d’obtenir une base SQL ou un autre support avec vos données. Donc, prévoyez la re-saisie… Si vous avez un blog depuis des années chez eux, “bon courage” !

Ensuite, quand vous les quittez, vous devez obtenir pour le transfert votre numéro d’authentification et leur demander de “déverrouiller” le nom de domaine. Et là, vous allez avoir besoin de patience. Pour l’association d’une amie, nous avons fait la demande au support à la mi-juin et je viens d’obtenir gain de cause après quelques menaces. Et comme rien n’est plus surprenant de nos jours, si certains ont l’excuse de la phobie administrative, le support de Jimdo n’hésite pas à vous écrire, lui, que vous n’avez pas vu son dernier mail 3 semaines auparavant où tout était mentionné. Et d’ailleurs, il vous précisera qu’il faut vous dépêcher puisque le n° d’authentification (rappelé dans le mail) est périssable.

Si je me permets de mentionner cette anecdote, c’est que j’ai vécu des situations similaires avec eux, puisque plusieurs de mes voisins les avaient pris pour faire rapidement leur site.

En 2 mois, vous avez le temps de chercher une autre stratégie pour les contourner, mais tout a bien été verrouillé : le nom de domaine que vous avez payé est enregistré au nom de Jimdo, les serveurs sont en Allemagne puisque cette société est allemande ; il n’est pas possible de faire une redirection permanente ou même temporaire… Il vous reste plus qu’à attendre la libération de votre nom de domaine par Jimdo ou naturellement (12 mois après la fin de votre abonnement).

Bref, si vous devez faire un site, je vous conseille fortement de prendre quelques heures pour vous mettre à un CMS plutôt que d’adopter la solution du kit “prêt à  l’emploi”. Si malgré cela, vous choisissez cette facilité dans l’immédiat, soyez patient avec le prestataire ou le salarié qui s’occupera de vous sortir de là…