La lecture d’un tableau de données peut s’avérer compliquer dès lors que la quantité de données est importante ou que les chiffres sont élevés. Opter pour une traduction visuelle (graphique) des données du tableau est souvent la meilleure solution pour détecter une tendance et un phénomène noyés dans les données du tableau.

Le choix du graphique en fonction de l’objet étudié est important. Il en existe 2 types principaux : ceux pour étudier l’évolution des données et ceux pour étudier la répartition des données.

Regardons tout cela de plus près grâce à un exemple.

Exemple de tableau de données :

Effectifs des visites du site Internet, des ventes du mixer et de commandes d'accessoires

Effectifs des visites du site Internet, de ventes du produit “mixer” et de commandes d’accessoires du 1er semestre 2018.

Les graphiques d’évolution

Ces graphiques sont choisis pour illustrer des tableaux de données dont les entêtes de lignes ou de colonnes sont des dates (années, mois, etc.) On retrouve généralement cette information en ordonnée du graphique.

En abscisse, on indique alors les effectifs du sujet d’étude (ventes, salariés, CA, etc.).

Le type de graphique pour exploiter visuellement l’évolution des données peut être la courbe (ligne) ou les histogrammes (colonnes).

Courbes d'évolution des nombres de visites du site, de ventes de mixer et de commandes d'accessoires

Histogramme d'évolution des nombres de visites du site, de ventes de mixer et de commandes d'accessoires

L’illustration du tableau de données Exemple montre bien une corrélation entre les visites, les ventes du produit principal (Mixer) et ses accessoires, sauf pour les mois de février et de juin.

Pour ce dernier mois, on peut imaginer que l’arrivée de l’été et des produits frais du potager ou chez les primeurs incitent les possesseurs du mixer à investir dans des accessoires pour mieux profiter de ce produit.

On note que les histogrammes montrent aussi ces phénomènes, mais peut-être de manière moins lisible que les courbes.

Les graphiques de répartition

Le “camembert”, secteur ou encore diagramme en secteurs est le graphique à utiliser pour illustrer la répartition des effectifs ou des pourcentages (sur 100%) des sous-populations d’une population donnée.

Graphique secteur de la répartition mensuelle des visites du site

Ce graphique peut aussi être réalisé avec les effectifs en étiquette. Ici, nous avons choisi les pourcentages (%) en étiquette.

On peut lire que le nombre de visites du site évolue peu selon les mois (l’amplitude entre le nombre le plus bas et le plus élevé est de 14%), avec cependant une fréquentation plus élevée en avril, mai et juin. Ce phénomène peut s’expliquer par la préparation de commandes de futurs acheteurs du mixer et surtout de ceux le ossédant dajà et cherchant des accessoires qui leur seront utiles.

Graphiques de répartition et d’évolution

Pour illustrer conjointement la répartition et l’évolution des données, on optera pour des histogrammes cumulés.

Graphique histogramme cumulé de l'évolution et de la répartition mensuelle des visites du site

Ce type de graphique est souvent lisible, car il cumule trop d’informations. Cependant, il montre ici que les ventes de mixer sont beaucoup plus importantes que celles des accessoires. L’entreprise peut donc décider de lancer des actions pour promouvoir ces derniers.

On note aussi que les ventes de mixer sont plus importantes que celles des visites du site. On peut donc en déduire que la moitié des ventes de mixer se font autant sur le site qu’en magasin et/ou que la renommée du mixer permet des commandes directes ou groupées.